Le monochrome: Pierre Soulage

     Une peinture monochrome est une peinture d’une seule couleur, ou d’une nuance de couleurs.En effet, le mot vient du grec : mono qui signifie « seul », et chroma, la « couleur ». Il s’oppose au terme polychrome ou (en couleurs) : « qui est de plusieurs couleurs ». On peut donc se demander comment des artistes ont réussi à se renouveler et à renouveler l’art en réduisant la peinture à une couleur unique . En effet, bien que  vide de représentation et de forme, le monochrome est riche des intentions de son auteur. 

     Prenons ici les œuvres de Pierre Soulage, peintre et graveur français, associé au courant de l’art abstrait et de la peinture informelle. Pierre Soulage a inauguré, fin mai 2014, son propre musée dans sa ville natale de Rodez. Sa rétrospective à Beaubourg, en 2009, a attiré 500 000 visiteurs, une jolie performance pour un artiste vivant.

Pierre Soulages. (left) “Peinture, 296 x 165 cm, 4 janvier 2014″ 2014, Acrylic on canvas, 116 1/2 x 65 inches / 296 x 165 cm. (right) “Peinture 309 x 181 cm, 12 décembre 2013″ 2013, Acrylic on canvas, 121 3/4 x 71 1/4 inches / 309 x 181 cm. Photos: Vincent Cunillère. © ARS, New York & ADAGP, Paris 2014.

Pierre Soulages. (left) “Peinture, 296 x 165 cm, 4 janvier 2014″ 2014, Acrylic on canvas, 116 1/2 x 65 inches / 296 x 165 cm. (right) “Peinture 309 x 181 cm, 12 décembre 2013″ 2013, Acrylic on canvas, 121 3/4 x 71 1/4 inches / 309 x 181 cm. Photos: Vincent Cunillère. © ARS, New York & ADAGP, Paris 2014.

Pierre Soulages, Brou de noix 65 x 50 cm, 1948. Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Diffusion RMN © Adagp, Paris 2009

Pierre Soulages, Brou de noix 65 x 50 cm, 1948. Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Diffusion RMN © Adagp, Paris 2009

Peinture 324 x 362 cm, 1985

Peinture 324 x 362 cm, 1985

 

Intéressons nous plus particulièrement à ce triptyque de 181 x 244cm de février 2009.

Peinture 181 x 244 cm, 25 février 2009, triptyque, acrylique sur toile, collection de l’artiste

Peinture 181 x 244 cm, 25 février 2009, triptyque, acrylique sur toile, collection de l’artiste

Il s’agit donc d’une œuvre de Pierre soulage, datant de 2009, nommé « peinture 181×244″. C’est une acrylique sur  toile et on peut voir que l’artiste a utilisé une grande quantité de peinture en épaisseur. On peut remarquer que l’artiste nomme toujours ses œuvres  » peinture puis ses dimensions ». Le format adopté ici par l’artiste est un triptyque avec ses  trois éléments juxtaposés, indépendants avec une lecture séparée mais également  une vision globale. Il s’agit d’une œuvre abstraite, non figurative et d’un monochrome noir. Les trois panneaux sont lacérés de traces plutôt  horizontales et assez droites comme des coups de couteau, créant donc des lignes de forces . On peut aussi remarquer que le panneau central est beaucoup plus lumineux que les deux latéraux. En effet la peinture du panneau central est brillante et les traces semblent plus profondes. Malgré l’omniprésence de la couleur noire, une couleur sombre, on remarque que l’œuvre est lumineuse, elle nous renvoie la lumière. Les deux panneaux latéraux sont assez identiques, voir symétriques et la rupture est marquée par le panneau du milieu . Malgré la présence des lignes de forces horizontales majoritaires on remarque aussi les 2 verticales marquées par la séparation des 3 panneaux.

Cette peinture est caractéristique d’une nouvelle manière de peindre que l’artiste a qualifié tout d’abord de « noir lumière » puis d’ « outrenoir »,définie par Soulage comme « au-delà du noir une lumière reflétée, transmutée par le noir ». Soulage nous montre ainsi que c’est la surface de l’œuvre, sa texture qui fait naître des variations de lumières, entre le mat et le brillant; entre noir et gris. L’artiste se laisse donc guider par la lumière pour créer son œuvre. Cependant ses toiles échappent au total monochrome car bien que noir,  l’outrenoir n’est jamais tout à fait le même selon la position du spectateur et le moment où il regarde la peinture. L’œuvre est comprise comme une relation entre la peinture, celui qui l’a réalisée et celui qui la regarde.

Mots-clefs :,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Nadège'art |
Julien Lepers official inte... |
Coursdart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Otium cum dignitate
| Le pinceau naif
| Vinczz'Art