Surréalisme / art comptemporain

Max Ernst, La vierge corrigeant l’Enfant Jésus devant trois témoins : André Breton, Paul Eluard et le peintre, 1926 Huile sur toile(196×130 cm)Köln, Museum Ludwig.

Max Ernst, La vierge corrigeant l’Enfant Jésus devant trois témoins : André Breton, Paul Eluard et le peintre, 1926
Huile sur toile(196×130 cm) Köln Museum Ludwig.

Surréalisme / art comptemporain dans comparaison telechargement-300x198
View of the exhibition « Libre ! » in 2014 at Musée des Beaux-Arts, Rennes (France) MAURIZIO CATTELAN « La Nona ora » 1999 / Résine polyester, cheveux naturels, accessoires, pierre, moquette / Dimensions variables selon l’espace Unique

       La première oeuvre , est une peinture de Max Ernst , »La vierge Marie donnant la fessée à l’enfant Jésus »(1926). Il s’agit à première vue d’une représentation traditionnelle à la touche minutieuse quasiment invisible. La seconde quant à elle est une sculpture de l’artiste contemporain italien Maurizio Cattelan « la Nona Ora » (1999) soit la neuvième heure, référence biblique. Les deux œuvres traitent ici d’un thème religieux et peuvent être considérées comme des œuvres subversives et provocantes. Dans le tableau de Max Ernst on voit la vierge Marie de rouge vêtu, d’allure masculine et autoritaire ,donner la fessée à son fils, Jésus, les fesses rosies et  l’auréole  tombée à terre. A l’arrière plan, on distingue trois hommes épiant par la fenêtre, derrière eux une architecture étrange. La sculpture de Maurizio Cattelan est une représentation taille réelle du pape Jean Paul II, qui vient d’être renversé par une météorite, le visage crispé et s’agrippant à sa croix.

        On peut tout d’abord remarquer le côté réaliste des deux œuvres, de par leur taille proche d’une taille humaine et le réalisme des détails tels que les fesses rosies pour le tableau de Ernst ou encore les détails du visage de Jean Paul II représentatif de sa douleur. En effet, Cattelan a réalisé un portrait d’apparat, peint avec un soin minutieux : visage, mains, drapés, mocassins. Les deux œuvres sont aussi marquées par une dominante de la couleur rouge, en effet, les habits de Marie sont rouges et le sol dans l’ installation de la sculpture de Cattelan est toujours rouge.  Dans cette sculpture, on  a une impression de dominance, en effet le pape se trouve au sol, blessé et humilié .Le spectateur le regarde de haut mais il s’identifie à la fois à cet homme en souffrance qui pourrait au final être chacun de nous.

        Cette œuvre a tout de même un fond satirique notamment avec le titre, la Nona Ora ou neuvième heure qui fait référence  à la dernière heure du Christ où sur la croix il aurait dit « dieu pourquoi m’as- tu abandonné » La situation est donc sarcastique. Max Ernst quant à lui rend ses personnages plus proches de nous, plus humains ici ils n’ont rien d’idéalisé et Jésus n’est ici représenté que comme un enfant puni, fessé et la vierge Marie devient une affreuse marâtre loin des représentations classiques de la douceur maternelle. Les représentations sont terrestres et non plus divines. Une autre explication de cette œuvre serait que la vierge d’allure masculine serait en fait une représentation du père de l’artiste et Jésus le peintre lui-même enfant, identification d’autant plus confirmée  par la signature du peintre dans l’auréole.

     Ces deux œuvres sont au final considérées comme surréalistes plus de par le sujet et la façon de le traiter que par le style de la réalisation proche du réalisme.Ces deux œuvres découlent en quelque sorte du fantasme, de l’imaginaire, elles surprennent et étonnent le spectateur pouvant même aller jusqu’à le choquer.

https://www.perrotin.com/artiste-Maurizio_Cattelan-2.html

Mots-clefs :, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Nadège'art |
Julien Lepers official inte... |
Coursdart |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Otium cum dignitate
| Le pinceau naif
| Vinczz'Art